Feuilles d’herbes #1 Juin 2020

  • A l’usine ou dans les associations, toutes et tous contre le travail.
  • Maternité, sexualité, liberté, le corps queer.
  • Préférer l’ensauvagement, l’abandon de la civilisation à l’écologie des petits rien.

Dépot de bilan de compétence
David Snug, Nada 

Quand j’avais ton âge, je croyais que si on en travaillait pas on pouvait mourir. Ben, en fait, non, ça va.” Raconte David Snug à son double adolescent.
Dans « Dépot de bilan de compétence », David Snug nous invite à parcourir avec lui son parcours professionnel mouvementé. De ses études aux boulots précaires, de l’usine au chômage, l’auteur nous emmène dans le quotidien d’une personne mise en marge du système, abîmé par ses dysfonctionnements, ses « erreurs de parcours » et ses dommages collatéraux.  
« Dépot de bilan de compétence » est une bande-dessinée furieusement critique et acerbe sur le monde du travail, dénonçant, à la manière de Paul Lafargue ou Bob Black, les absurdités du capitalisme et de son salariat flexible à souhait et déshumanisé.
L’auteur, avec un humour corrosif, prône le refus de parvenir, le droit de ne pas être fait pour le travail, et nous invite à penser des alternatives au monde productiviste.

Te plains pas c’est pas l’usine
Lily Zalzett & Stella Fihn, Niet!

Qui n’a jamais regardé d’un œil envieux le travail associatif ? Un objectif social ou culturel loin des logiques de profit, des conditions de travail imaginées plus conciliantes, et êut être même une équipe soudée autour d’une passion qui donne du sens au travail. Et pourtant, bien que le secteur associatif correspondent à dix pour cent des salarié·es du privé, les mécanismes d’exploitation et les violences lié au travail y sont plus fort qu’ailleurs. Des charges de travail monumental pour des moyens réduits, une précarité et un turn-over ultra-présent, une (auto)injonction à donner de son temps et de son énergie au-delà des cadres légaux…
Un regard salvateur et sans concession sur un secteur idéalisé et pourtant générateur de nombreuses souffrances.

La femme brouillon
Amandine Dhée, La contre-allée et Folio

On ne naît pas mère, on le devient. Et encore, par tâtonnements, longeant la cime incertitude. C’est ce que nous dit Amandine Dhée, écrivain et militante féministe, dans son beau récit d’une maternité décomplexée, La Femme brouillon. Paru en 2017 aux Editions La Contre Allée, ce texte intimiste, minimaliste et poétique bouscule le discours dominant et institutionnalisé de la société, en déconstruisant les stéréotypes de la mère parfaite qui fait partie des « Grands Projets inutiles à dénoncer absolument ».
Dans de courts chapitres tranchants, où le doute, la colère et la joie sont entremêlés, l’auteure, enceinte puis jeune mère, raconte son quotidien régi par les injonctions d’une vie saine, sa lutte pour préserver son indépendance. Elle s’interroge aussi avec humour sur la perception de son propre corps et sur ses propres contradictions. Un éclairage politique bouleversant de justesse, beau pied de nez à la bien-pensance.

ARCADIE
Emmanuelle BAYAMACK-TAM, POL et Folio

A Liberty House, communauté libertaire et champêtre menée par un gourou au grand cœur, vit la jeune Farah en compagnie d’une belle bande d’inadaptés sociaux, qui a fait sienne la devise virgilienne « Omnia vincit amor ». Mais grandir dans un éden célébrant la jouissance, la nature et la littérature, n’empêche pas l’adolescence de poindre et le corps de jouer des tours. Souveraine d’un domaine végétal paradisiaque, Farah découvre qu’elle n’est ni une fille, ni un garçon tandis que son univers est bouleversé par l’intrusion d’un étranger. Délicieuse fable contemporaine, savante robinsonnade, éblouissante utopie queer, Arcadie est un splendide roman gourmand et sensuel, caustique, parfois dérangeant, prodigieusement libre, sur l’acceptation de soi et des autres. Sur la liberté de décider ou pas ce que l’on est.

Ecologie sans transition
DÉSOBÉISSANCE ÉCOLO Paris, Divergences

Écologie, un mot allègrement rebattu et vidé de sa substance par tant d’utilisations contradictoires.
Dans un manifeste sans concession, Désobeissance Ecolo Paris pose les bases d’une écologie de rupture, qui s’émancipe des discours moralisateurs et des petits changements. Cette écologie est avant tout sociale et compose étroitement avec la pensée féministe, postcoloniale et anticapitaliste.
Réinventer nos futurs désirables et nos moyens de lutte pour construire durablement un monde ou nous souhaitons vivre, voila la proposition de ce livre.

Opérations BioHardcores
Antoine Boute, les petits matins

« la révolution biohardcore gronde, la révolution biohardcore gronde ! ». A ce cri, porté par des milliers de corneille, de pigeons et d’enfants, répondront des poètes humains ou non-humains, afin de faire de chaque terrain vague un état indépendant non anthropocentré.
Ouvrage poético-révolutionnaire halluciné, Opérations biohardcore est un kaléidoscope de situations étranges, de personnages en rupture, maniant le verbe, l’absurde et le sexe pour décoloniser, dés-anthropocentré nos imaginaires.
Si pour sauver la planète, il faudra le passage ravageur et meurtrier de hordes d’enfants et la publication simultanée de manifestes vantant les mérites de la « révolution biohardcore », allons-y !

Vers une vie simple
Edward Carpenter, L’échappée

Edward Carpenter (1844-1929) est un penseur et écrivain socialiste libertaire. Recommandant une culture égale du corps et de l’esprit, celui qui se définissait comme «écrivain-maraicher» fut une importante figure intellectuelle de son époque, aujourd’hui injustement oublié. A la guerre du tous·tes contre tous·tes, à l’idéal de consommation illimitée prônée par le libéralisme alors en pleine expansion, Carpenter répond pas la solidarité, la fraternité et l’abandon du superflu. D’un ton léger, sans concession, il démontre qu’une vie simple est souvent synonyme de bonheur, et qu’un mouvement commun des tout·es les travailleur·euses vers une désertion du capitalisme et une autonomie quotidienne est possible, et très fortement souhaitable.
Une pensée fraîche, légère et révolutionnaire.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s